Allaitement : gérer la montée de lait

Entre 48 heures et quelques jours après l’accouchement a lieu la montée de lait. Le colostrum se transforme en lait pour répondre toujours mieux aux besoins de bébé. Voyons comment gérer cette étape parfois sensible.

Qu’est-ce que la montée de lait ?

En fin de grossesse, lorsque vous les pressez, un liquide jaunâtre peut s’écouler de vos seins. Il s’agit du colostrum. Cette substance très riche en anticorps nourrira votre bébé lors de ses premières heures et jours de vie. Très rapidement, ce liquide ne suffit plus. Il se transforme donc en l’espace de quelques heures en lait. Cette transformation se nomme la montée de lait.
La maman peut ressentir quelques dérangements durant cette étape. En général, les seins deviennent durs, tendus, plus gros et un peu douloureux. Cela est dû à l’afflux sanguin arrivant dans les seins. C’est un phénomène un peu désagréable mais tout à fait normal et indispensable pour permettre la mise en place d’un allaitement qui roulera ensuite comme sur des roulettes.
Savoir que ces sensations désagréables sont normales et surtout transitoires rassure. Les symptômes les plus désagréables durent quelques heures, 24 heures tout au plus.

Que faire pour que tout se passe bien ?

Dès les deux premières heures de vie, si cela est possible, mettez bébé au sein pour qu’il commence à téter. En cas de césarienne, cette mise au sein peut être retardée ; faites-en sorte de le mettre tout de même le plus tôt possible. Ensuite, bébé doit être mis au sein dès qu’il réclame. Il faut s’assurer qu’il prenne bien le sein (voir le guide Allaitement – prise de sein).
Une mise au sein régulière et efficace stimulera la lactation. C’est cela qui fera venir la montée de lait. Il n’y a donc rien à faire de plus que de bien mettre souvent son bébé au sein et attendre que les choses se mettent en place toutes seules. Bien sûr, s’alimenter et boire est aussi important.

Que faire en cas de douleur durant la montée de lait ?

Il faut avant tout garder en tête que ces douleurs sont normales et transitoires.

1. Mettre du froid

La plupart des femmes sont grandement soulagées par du froid sur les seins. L’astuce est d’utiliser des coussinets d’allaitements mis au congélateur. On les met ensuite dans des gants en latex, qu’on positionne dans la brassière ou le soutien-gorge d’allaitement. On les change dès qu’ils ne sont plus assez froid.

2. Prendre des antalgiques

Certaines femmes ressentent le besoin de prendre des antalgiques, par exemple du paracétamol. C’est tout à fait possible puisqu’il est compatible avec l’allaitement.

3. Mettre du chaud

Parfois, certaines femmes sont soulagées par le chaud. Il est possible de prendre une douche bien chaude et de masser ou presser un petit peu sa poitrine pour en faire sortir l’excédent de lait.

4. Faire téter bébé

Plus bébé tète, et moins vos seins seront engorgés. L’engorgement est le fait que le sang stagne dans vos seins et crée de l’œdème. La stimulation par la succion du bébé est le moyen le plus efficace de réduire l’œdème le plus rapidement possible.

5. Demander de l’aide

Si ces astuces ne sont pas suffisantes, la sollicitation d’un professionnel de santé est recommandé. Il saura vous donner d’autres conseils adaptés à votre situation.

Que faire en cas d’absence de montée de lait ?

Parfois, 4 à 5 jours après l’accouchement, la montée de lait n’a pas eu lieu. La mère a encore du colostrum. Dans ce cas, la consultation d’un professionnel de santé est importante : pédiatre, puéricultrice de la PMI ou sage-femme sauront vous entourer.
Dans tous les cas, il faut mettre bébé au sein le plus souvent possible. Le lait peut ne pas arriver à cause du manque de stimulation par bébé. Durant les premiers jours, le nourrisson doit téter en moyenne 8 à 12 fois par 24 heures. S’il tète moins de 6 fois et que la montée de lait n’a pas eu lieu, cela est problématique. Il faudra lui proposer le sein plus souvent même s’il ne réclame pas.
Parfois, le bébé tète assez souvent mais pas assez efficacement. Là encore, la stimulation peut être insuffisante. Il faut alors revoir le positionnement du bébé, parfois en s’aidant d’un professionnel de santé ou pourquoi pas d’une autre maman qui a de l’expérience en allaitement.
Dans de très rares cas, bébé aura besoin de compléments de laits artificiels. Dans ce cas, ce sera le professionnel de santé qui vous le suggérera. Cela sera nécessaire uniquement si votre bébé perds ou ne prends pas de poids.

Articles associés